Hue

 

Hue. Comme une mélancolie. Le sentiment d’un manque en monochrome.
Petit Hue perdu. Bonhomme réveillé dans une maison vide. Le monde a un goût de gris. Les êtres solitaires, muets. Une touche de piano appuyée, un son étiré. Un ciel immobile.

Là. Regarde, Hue. Une lettre et un étrange objet, contenant autrefois des éclats de couleurs aujourd’hui oubliés. Une teinte demeure. Tu l’actionnes et tout se colore, une respiration bleutée se dégage des vagues et une voix douce résonne.
Courage Hue, tu la retrouveras, une couleur après l’autre ton monde se complète.

Petit jeu d’énigme au postulat intéressant : changer la couleur de l’arrière plan pour modifier l’environnement. Hélas, une utilisation trop simpliste et limitée d’une idée pourtant très attirante. Une esthétique choisie mais qui là aussi confond épure et simplicité. Pourtant la douce mélancolie de Hue nous pousse à l’accompagner.

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s